Affichage de 542 résultats

Notice d'autorité

Olivier, Daniel

  • BM048-A
  • Personne
  • 1949-

Daniel Olivier est né en 1949 à Sainte-Élisabeth. Après des études classiques au Séminaire de Joliette et des études françaises à l'Université de Montréal, il complète un baccalauréat et une maîtrise en bibliothéconomie et bibliographie, respectivement à l'Université d'Ottawa en 1972 et à l'Université de Montréal en 1976.

Daniel Olivier est bibliothécaire. En 1972, il est engagé par la Ville de Montréal à titre de bibliothécaire de référence à la Salle Gagnon de la Bibliothèque centrale. Intéressé par la bibliophilie québécoise, il consacre son mémoire de maîtrise au bibliophile Philéas Gagnon. Cette étude est ensuite publiée sous le titre Dans l'arrière-boutique: naissance d'un bibliophile québécois, Philéas Gagnon, 1845-1915. Il est également l'auteur d'une bibliographie concernant le temps des Fêtes, d'un inventaire des sources sur les bibliothèques personnelles au Québec, d'un texte concernant les outils généalogiques à la Salle Gagnon de la Bibliothèque centrale et d'un recueil de poèmes.

Source: Olivier, Réjean, dir. «Dictionnaire des auteurs de Lanaudière. Joliette, 2000. p. 291-292

Perreault, Charles Ovide

  • BM052-A
  • Personne
  • 1809-1837

Charles-Ovide Perreault est né en 1809. Il est tué à la bataille de Saint-Denis en novembre 1837. Il est député et patriote. En 1834, il est élu député de Vaudreuil à l'Assemblée législative du Bas-Canada.

Société de musique contemporaine du Québec

  • BM053-A
  • Collectivité
  • 1966-

La Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) est fondée en 1966 par Maryvonne Kendergi, Wilfrid Pelletier, Hugh Davidson et les compositeurs Jean Papineau-Couture et Serge Garant. Le concert inaugural a lieu le 15 décembre 1966.

La Société de musique contemporaine du Québec a pour mandat de diffuser la musique contemporaine québécoise, canadienne et internationale. Elle réalise des concerts, des enregistrements et produit des tournées au Canada, aux États-Unis et en Europe. En 1991, elle reçoit le Grand Prix du Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal. La SMCQ est dirigée successivement par les compositeurs Serge Garant (1966-1986), Gilles Tremblay (1986-1988) et Walter Boudreau (1988- )

Canadian Films Limited

  • BM054-A
  • Collectivité
  • 1919-1921

La compagnie Canadian Films Limited est incorporée en 1919 par l'homme d'affaires John D. Tennant. Elle loge son siège social à Montréal, rue Sainte-Catherine, dans l'édifice du Théâtre Orpheum (1907). Elle subit plusieurs difficultés financières au cours de sa courte histoire, n'arrivant jamais à percer véritablement le marché cinématographique canadien. Après avoir été déclarée officiellement insolvable en décembre 1920, l'entreprise met définitivement fin à ses activités en 1921. L'Associated Screen News of Canada (1920-1958) prend le relais en tant que compétitrice et réussira, quant à elle, à s'imposer dans l'industrie cinématographique canadienne.

La Canadian Films œuvre dans le secteur cinématographique canadien avec le mandat de produire, distribuer et vendre des films à caractère éducatif ainsi que des films promotionnels et industriels commandités. À cet égard, dès sa création, la compagnie se donne comme champ de réalisation la promotion de contenus canadiens, que ce soit des reportages géographiques sur différents lieux du pays, la mise en valeur d'entreprises canadiennes ou tout autre sujet éducatif pertinent tel l'histoire naturelle, l'agriculture ou l'horticulture du Canada. Elle a voulu en particulier exploiter le créneau de l'éducation dans les écoles du pays en 1920; tentative qui s'est soldée par un échec notamment par manque de projecteurs portatifs performants. Parmi les quelques productions qu'elle complètes au cours de son existence, mentionnons : " The Use of Explosives " sur le dynamitage en milieu agricole; " The Cream industry " sur l'industrie laitière canadienne; " The Construction of Canada's Largest Apartment Building ", " The Fur Industry of Canada ", " One of Canada's Leading Hotel ", " Speeding the Spoken Word " et " The Story of a Blouse " promouvant respectivement la construction de l'édifice Drummond, l'entreprise de fourrure Holt Renfrew, le luxueux hôtel Windsor, la compagnie Bell Canada et la manufacture D'Allaird. Outre le fondateur John D. Tennant, la compagnie a été administrée également par A. A. Dickson, H.S. Couper, E. W. Dawson, Isabella S. Macfarlane et J.S. Stanford. Elle compte au sein de son équipe au moins un comptable et agent immobilier, Ernest F. Würtele et un caméraman et spécialiste technique, Maurice Metzger.

Asselin, Olivar

  • BM055-A
  • Personne
  • 1874-1937

Olivar Asselin est né le 8 novembre 1874 à Saint-Hilarion. Il fait ses études primaires à l'école de rang de Sainte-Flavie et poursuit ses études secondaires au Séminaire de Rimouski où il complète un cours commercial et entreprend le cours classique. Sa famille émigre aux États-Unis en 1891. Il s'établit à Montréal à partir de 1899. Il épouse Alice Le Bouthillier le 3 août 1902. Il décède le 18 avril 1937, à Montréal, à l'âge de 62 ans.

Olivar Asselin est journaliste, pamphlétaire et militant nationaliste. Il commence sa carrière journalistique au «Protecteur canadien» de Fall River en 1894. En 1895, il est rédacteur au «National» de Lowell et au «Jean-Baptiste» de Pawtucket. Il est secrétaire de rédaction à «La Tribune» de Woonsocket de 1896 à 1898. Il entreprend une brève carrière militaire de 1898 à 1899 à l'occasion de la guerre hispano-américaine.

Démobilisé en 1899, il revient à Montréal où il collabore à divers journaux, dont «Les Débats». Il participe également à la fondation du «Devoir» en 1910. Il devient rédacteur en chef du «Canada» en 1930 et fonde, en 1935, ses propres journaux «L'Ordre» et «La Renaissance».
Militant nationaliste, il met sur pied la «Ligue Nationaliste Canadienne» en mars 1903, puis le journal «Le Nationaliste» en 1904. Il prend la défense des colons pour leur droit de coupe et alimente à ce sujet la Commission itinérante de la colonisation de 1904. Il entreprend une campagne en faveur de l'instruction publique et obligatoire en 1905. En 1915, il s'enrôle dans l'armée expéditionnaire canadienne où il recrute des volontaires canadiens-français pour former le 163e bataillon.

À quelques reprises au cours de sa carrière, il côtoie le monde politique. D'abord, de 1901 à 1903, il est secrétaire du ministre de la Colonisation, Lomer Gouin. À partir de 1902, il travaille en étroite collaboration avec Henri Bourassa, et ce jusqu'en 1910. Il participe d'ailleurs à la campagne électorale de ce dernier en 1908. Il est lui-même candidat nationaliste dans Terrebonne aux élections de 1904, puis dans Saint-Jacques en 1911.

Outre ses nombreuses collaborations journalistiques et activités professionnelles, il fonde l'Oeuvre de la Merci et s'occupe de la Société Saint-Vincent-de-Paul. La France le décore de la Légion d'honneur en 1919.

Senecal, Bernard

  • BM056-A
  • Personne
  • [19-]

Bernard Senecal a probablement habité sur l'avenue Bourbonnière, à Montréal, dans les années 1950.

Fortin, Aug. P.

  • BM057-A
  • Personne
  • [1930-]

Aug. P. Fortin est probablement auteur compositeur dans les années 1930.

Chabot, Juliette

  • BM057-A
  • Personne
  • 1902-1987

Juliette Chabot est né le 24 janvier 1902 à Montréal. Elle est la fille de L. Chabot et d'E. Boudreault. Elle étudie au Collège Marguerite-Bourgeoys, à l'Université de Montréal (baccalauréat ès-arts et licence en philosophie) à l'Université McGill (maîtrise en bibliothéconomie), à l'Institut Catholique de Paris et à l'École nationale des chartes (certificat d'études bibliographiques). Elle meurt le 24 août 1987 à Saint-Eustache.

Juliette Chabot est bibliothécaire et professeure. Elle entre au service de la Bibliothèque de Montréal le 2 janvier 1930. Elle occupe différents postes dans les divers services de la Bibliothèque, notamment au service du catalogue et de la classification, avant d'être nommée conservateur adjoint en 1944. Elle se retire le 16 août 1965. Elle est aussi professeure, de 1940 à 1960, à l'École de bibliothécaires de l'Université de Montréal et présidente de l'Association canadienne des bibliothécaires de langue française en 1955 et 1956. Par ailleurs, à partir de 1938, elle est invitée à maintes reprises comme conférencière à l'École de bibliothécaires de l'Université d'Ottawa. En 1948, elle est déléguée par l'Association canadienne des bibliothèques aux réunions d'études sur les bibliothèques publiques tenues à l'Université de Manchester (Angleterre) sous les auspices de l'Unesco. Puis, en 1961, elle est déléguée comme observateur à la conférence internationale de la FIAB, à Paris, sur les règles de catalogages. En 1965, elle est conférencière invitée à l'École de bibliothécaires de Paris. Elle collabore, à titre de bibliothécaire conseil, à différentes institutions dont la Bibliothèque des cadres professionnels et la bibliothèque du Centre d'oecuménisme. Elle publie plusieurs ouvrages sur la bibliothéconomie dont Vocabulaire technique des bibliothécaires, bibliophiles et bibliographes (1943) et Montréal et le rayonnement des bibliothèques (1963).

Daignault, Eugène

  • BM058-A
  • Personne
  • 1894-1960

Eugène Daignault est né en 1894 à Saint Alban's dans l'état du Vermont (États-Unis). Il fait des études au Séminaire de Saint-Hyacinthe. Daignault épouse Aline Mailhot et ils ont 12 enfants dont Pierre, écrivain, comédien et folkloriste. Eugène Daignault meurt en janvier 1960. Eugène Daignault est employé municipal, comédien, folkloriste et directeur de troupe. Il est employé au Service de l'inspection des aliments à la Ville de Montréal de 1920 à 1944. Il est aussi comédien avec le Cercle académique Lafontaine et les Soirées du bon vieux temps. Pionnier de la radio, il incarne le père Ovide dans le radioroman et le téléroman Les Belles histoires des pays d'en-haut de 1939 jusqu'à sa mort. Comme folkloriste, il répertorie près de 2000 chansons, il en enregistre 250 et en compose une centaine.

Beaudin Limitée

  • BM059-A
  • Collectivité
  • 1910-1918

Beaudin Limitée est une compagnie constituée en corporation en 1910 sous le nom de Beaudin & compagnie incorporée. Elle devient Beaudin limitée en 1912. En 1914, on la retrouve sous l'appellation Beaudin Corporation Limited, sous le nom de Beaudin Frères en 1917 et de nouveau sous le nom Beaudin Limitée en 1918.

Beaudin Limitée est une compagnie de courtage en immobilier et en assurances. Les dirigeants de la compagnie sont : J.E. Beaudin; J.-Zénon Malo, président; L. Duf. Robitaille, secrétaire; et Wilfrid Damphousse, gérant.

Montréal (Québec). Bibliothèques des jeunes

  • BM060-S6-A
  • Collectivité
  • 1941-

La première bibliothèque pour enfants de la Ville de Montréal, en l'occurrence la Salle des enfants de la Bibliothèque municipale sur la rue Montcalm, est inaugurée le 18 novembre 1941. Elle offre aux abonnés des séances de cinéma, des causeries ainsi que l'activité 'Heure du conte'. La Ville de Montréal ouvrira subséquemment les succursales Shamrock (août 1947), Sainte-Cunégonde (20 novembre 1947), De Lorimier (30 mai 1949), Rosemont (23 juillet 1951), Ahuntsic (8 janvier 1953), Benny (6 avril 1956) et Gatineau (11 mars 1957).

Billion, Louis-Léon

  • BM061-A
  • Personne
  • 1814-1910

Louis-Léon Billion est né le 10 novembre 1814 à Paris. Il entre chez les Sulpiciens et, le 20 décembre 1845, est ordonné prêtre. Il quitte la France, en 1850, pour s'établir à Montréal où il meurt le 3 août 1882.

Louis-Léon Billion est professeur et vicaire. Il enseigne la physique au petit séminaire de Montréal de 1850 à 1859; l'Écriture Sainte au Grand séminaire de 1859 à 1860; il est vicaire de la Paroisse Notre-Dame de 1860 à 1882.
Source : Allaire, Jean-Baptiste-Arthur. Dictionnaire biographique du clergé canadien-français, volume I. Montréal : Imprimerie de l'École catholique des sourds-muets, 1910. p. 53.

Duguet, Fernand

  • BM062-A
  • Personne
  • [1890-1900]

Fernand Duguet habite probablement la France à la fin du XIXe siècle et au début du siècle suivant.

Davidson, Leo H.

  • BM063-A
  • Personne
  • 1842-1925

Leonidas Heber Davidson est né le 3 juillet 1842 à Toronto. Il est le cinquième fils de John Casement Davidson, ministre anglican, et d'Ann Elizabeth Burroughs. Son père lui enseigne puis il fait ses études au Québec, au Saint John's High School, au Missisquoi High School de Cowansville, au Bishop's College de Lennoxville et à l'Université McGill en droit (B.A. en 1963; B.C.L. en 1864; M.A. en 1867; D.C.L. du Bishop's College en 1887). Il est admis au Barreau en 1864. Leo H. Davidson épouse Eleanor Crowther Pawson le 1er juin 1865. Il meurt le 3 ou 4 mai 1925 à Montréal.
Leo H. Davidson est avocat, professeur de droit et chancelier du diocèse anglican de Montréal. Il pratique le droit avec la firme Davidson & Cushing de 1875 à 1881. Son associé est Lemuel Cushing junior (1842-1881). Leur bureau est situé au 217 Saint James, Montréal. Suite au décès de Cushing, Leo H. Davidson continue seul sa pratique à titre d'avocat et de commissaire du Québec dans un bureau de la rue Saint James, Montréal. En 1881, il devient professeur de droit commercial à l'Université McGill et de 1896 à 1897, doyen de la faculté de droit de cette même université. Spécialiste en droit canonique, il est aussi avocat et chancelier du diocèse anglican de Montréal de 1910 jusqu'à son décès. Léo H. Davidson est membre fondateur de la Citizen's League et gouverneur à vie du Montreal General Hospital.

Essais

  • BM064-A
  • Collectivité
  • 1859-1862

La pièce porte sur des essais en prose ou en vers, dont certains ont été inspirés par des poètes comme Nicolas-Germain Léonard (1744-1793) et Évariste de Parny (1753-1814), et sur des extraits de l'ouvrage littéraire L'Art poétique de Nicolas Boileau (1636-1711).
La pièce contient des essais, composés par Joseph Tassé entre 1859 et 1862 alors qu'il est étudiant au Collège Bourget de Rigaud, et des extraits de l'ouvrage littéraire L'Art poétique, annotés par Joseph Tassé

Notre-Dame-de-Saint-Hyacinthe (Paroisse: Québec)

  • BM065
  • Collectivité
  • 1832-1952

La paroisse de Notre-Dame-de-Saint-Hyacinthe est érigée canoniquement le 2 juin 1832 et sa reconnaissance civile a lieu le 11 juillet 1835; toutefois, les registres de la paroisse s'ouvrent dès 1777. Son territoire comprend le quartier 5, qui est la partie la plus ancienne de la Ville de Saint-Hyacinthe, ainsi que la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-Saint-Hyacinthe et le village de la Providence. La paroisse de Notre-Dame-de-Saint-Hyacinthe donne naissance, entre 1806 et 1952, à douze autres paroisses. Entre autres, le 15 octobre 1853, la paroisse est scindée en deux : la paroisse Notre-Dame-de-Saint-Hyacinthe prend le nom de Notre-Dame-du-Rosaire et la nouvelle paroisse prend le nom de Saint-Hyacinthe-le-Confesseur.

Source: Magnan, Hormisdas. Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la province de Québec. Arthabaska: L'imprimerie d'Arthabaska inc., 1925. p. 123.

Godfroi Coffin

  • BM066-A
  • Personne
  • 1862-1892?

Jean Georges Godefroid Coffin est baptisé à Joliette le 3 octobre 1862. Il est le fils de François-Benjamin Coffin, négociant du livre et de Philomène Lemaître-Auger. Il est adopté par Georges Baby, juge et collectionneur vers 1882.

Il devient capitaine adjudant au 83e régiment (Joliette). Il est admis au barreau en 1884.

Montreal La Crosse Club

  • BM067-A
  • Collectivité
  • 1856-1881

Le Montreal Lacrosse Club est fondé en 1856. En 1881, l'organisme s'allie au Montreal Snowshoe Club (fondé en 1840) et au Montreal Bicycle Club (fondé en 1878) pour former la Montreal Amateur Athletic Association (M.A.A.A.).

Labelle, Antoine

  • BM068-A
  • Personne
  • 1833-1890

Antoine Labelle est né le 24 novembre 1833 à Saint-Rose (Laval). Fils d'Antoine Labelle, cordonnier, et d'Angélique Maher, il fait ses études au Séminaire Sainte-Thérèse et au grand séminaire de Montréal. Il est ordonné prêtre le 1er juin 1856. Il meurt le 4 janvier 1891 à Québec.

Antoine Labelle est prêtre, promoteur de la colonisation, auteur et fonctionnaire. Il débute sa carrière comme vicaire et devient curé de paroisse en 1859 à Saint-Antoine Abbé, à Saint-Bernard de Lacolle de 1863 à 1868 et à Saint-Jérôme à partir de 1868. Par la suite, le curé Labelle se fait l'apôtre de la colonisation des Laurentides et de l'Outaouais. En 1888, Honoré Mercier, premier ministre du Québec, le nomme sous-commissaire au département de l'Agriculture et de la Colonisation. Il démissionne de ce poste le 26 décembre 1890. Le premier ministre Mercier refuse sa démission le lendemain.

Source: Dussault, Gabriel. «Labelle, François-Xavier-Antoine», Dictionnaire biographique du Canada, vol. XII. Québec : Presses de l'université Laval, 1990, p. 545-548.

Doutre, Gonzalve

  • BM069-A
  • Personne
  • 1842-1880

Gonzalve Doutre est né le 12 juillet 1842 à Montréal. Il est le fils de François Doutre et d'Élizabeth Dandurand ainsi que le frère de l'avocat et écrivain Joseph Doutre. Il obtient un baccalauréat en droit de l'Université McGill en 1861, est admis au barreau en août 1863 et reçoit son doctorat en droit en 1879. Gonzalve Doutre épouse Laura Brunelle et ils ont un fils. Il meurt le 28 février 1880.

Gonzalve Doutre est avocat, professeur, auteur et conférencier. Il est à l'origine de la réorganisation du Barreau québécois dans les années 1860, crée le premier Tableau général des avocats en 1867 et est professeur de droit à l'Université McGill en 1871. Gonzalve Doutre est membre de l'Institut canadien de Montréal à compter du 2 décembre 1858, membre du conseil en 1859 et président en 1871 et 1872. Son appartenance à l'Institut entraîne un conflit avec Monseigneur Ignace Bourget, évêque de Montréal. Doutre est l'auteur de plusieurs publications dont Les Lois de Procédure civile dans la Province de Québec en 1869, Le droit civil canadien suivant l'ordre établi par les codes avec Edmond Lareau en 1872 et prononçe de nombreuses conférences qui sont publiées.
Source : Dictionnaire biographique du Canada. Volume X de 1871 à 1880, Québec : Presses de l'Université Laval, 1972, p. 271-276

Nantel, Adolphe

  • BM070-A
  • Personne
  • 1886-1954

Adolphe Nantel, également connu sous le pseudonyme de Gabadadi et probablement aussi celui de Jean Boudrier, est né le 17 août 1886 à Saint-Jérôme de Terrebonne. Il est le fils de Pacifique Nantel et d'Onésime (ou Onézie) Maréchal et le frère du juge Maréchal Nantel. En 1896, il entre chez les Frères des écoles chrétiennes comme postulant, mais quitte deux ans plus tard. Il épouse Alice Laurence et ils ont quatre enfants : Lucienne, Maurice, Roland et Gaston. Il meurt le 17 janvier 1954 à l'hôpital Saint-Luc à Montréal.

Adolphe Nantel est typographe, journaliste et écrivain. Au début du XXe siècle, il travaille en Alberta, à Edmonton puis à Morinville où il est typographe pour l'hebdo Le Progrès. Sa carrière de journaliste débute au quotidien Le Devoir en 1913. En 1928, il est rédacteur en chef de L'Étoile du Nord à Joliette. Par la suite, il travaille au Nouvelliste, à La Presse, à L'Avenir du Nord de Saint-Jérôme, au quotidien Le Canada, auquel il collabore pendant vingt ans, soit jusqu'à la disparition du journal, principalement comme chroniqueur judiciaire, et à l'Autorité. Travaillant pour la compagnie de bois Laurentide comme «grand commis d'inventaire» de 1920 à 1927, il est l'auteur de quelques romans du terroir: Au pays des bûcherons (1932), La Terre du huitième (1942) et principalement À la hache (1932) qui relate la vie de chantier et qui lui vaut le prix David en 1933.

Lemoine dit Monière, Alexis

  • BM071-A
  • Personne
  • 1680-1754

Alexis Lemoine dit Monière est né le 14 avril 1680 à Sainte-Anne de La Pérade. Il est le fils de Jean Lemoine et de Madeleine de Chavigny de Berchereau. Le 22 mars 1715, il épouse Marie-Louise Zemballe en premières noces et, en 1726, Marie-Josephte de Couagne, fille du marchand Charles de Couagne, en secondes noces. Il meurt le 23 juin 1754.

Alexis Lemoine dit Monière est marchand-équipeur pour la traite des fourrures. Il débute en faisant la traite pour Antoine Laumet de La Mothe-Cadillac. En 1715, il ouvre une boutique à Montréal.

Chasle, Nicolas-Joseph

  • BM072-A
  • Personne
  • 1694-1754

Nicolas-Joseph Chasle est né le 18 février 1694 à Québec. Il est le fils de Claude Chasle, tonnelier, et de Catherine Fol. Il meurt à l'Hôtel-Dieu de Québec le 13 mars 1754 et sa dépouille repose à l'église de Saint-Étienne-de-Beaumont.

Nicolas-Joseph Chasle est prêtre et curé. Il est ordonné le 20 février 1717. Il est curé de Saint-Étienne-de-Beaumont de 1718 à 1754.

Rousseau, Hubert

  • BM074-A
  • Personne
  • [19-]

Hubert Rousseau est un expert en art né à Montréal. Il y a vécu toute son enfance. Il a étudié à l'étranger. Il a voyagé pendant plusieurs années en Europe et en Amérique.

Résultats 51 à 75 sur 542