Affichage de 151 résultats

Notice d'autorité
Personne

Senecal, Bernard

  • BM056-A
  • Personne
  • [19-]

Bernard Senecal a probablement habité sur l'avenue Bourbonnière, à Montréal, dans les années 1950.

Rousseau, Hubert

  • BM074-A
  • Personne
  • [19-]

Hubert Rousseau est un expert en art né à Montréal. Il y a vécu toute son enfance. Il a étudié à l'étranger. Il a voyagé pendant plusieurs années en Europe et en Amérique.

Lamarre, Yvon

  • P085-A
  • Personne
  • 1935-

Yvon Lamarre est né le 2 février 1935 dans le quartier Saint-Paul (Montréal). Il fait des études en sciences au Collège du Mont-Saint-Louis puis en sciences commerciales et économiques à l'École des Hautes études commerciales de l'Université de Montréal. Le 10 août 1957, il épouse Lise Hébert et ils ont quatre enfants : Catherine, Benoît, Sophie et Marthe.

Yvon Lamarre est homme d'affaires et politicien. À la fin de ses études, en 1958, il s'intéresse au commerce familial, Lamarre Frères. Quatre ans plus tard, à la mort de son père, il assume la direction des entreprises et leur donne un important essor. Préoccupé par le problème de l'habitation à Montréal, il fonde, en 1964, la Société générale d'embellissement de Saint-Henri. En 1966, il accepte la candidature du Parti civique dans le district électoral de Saint-Henri, où il sera élu. Réélu aux élections municipales de 1970, 1974 et 1978, il sera nommé, à ces occasions, membre, puis vice-président et enfin président du Comité exécutif. Le 11 juillet 1986, il annonce son retrait de la vie politique municipale. Yvon Lamarre a également été éditeur du journal de Montréal, vice-président du Comité exécutif de la Communauté urbaine de Montréal (CUM), représentant de la Ville au sein du comité d'administration du Port de Montréal, président de la Commission d'étude des objectifs et des implications financières du schéma d'aménagement de la CUM et du Comité pour les handicapés du territoire de l'Île de Montréal, et membre du Conseil de planification et de développement du Québec. Tout au long de sa carrière politique, il demeure actif dans les milieux commerçants, étant président de Lamarre Frères inc. et des Boutiques Cati, en plus d'être membre de diverses associations de marchands.

Fournier, Sarto

  • P106-A
  • Personne
  • 1908-1980

Sarto Fournier est né le 15 février 1908 à East Broughton au Québec. Il est le fils de Edmond Fournier et de Marie-Anna Talbot. Il épouse Élizabeth Lamoureux le 17 septembre 1938 ; ils ont deux filles, Élise et Danielle. Il meurt à Ottawa le 23 juillet 1980.

Sarto Fournier a fait ses études au Collège de Lévis (commerce) et au Collège Ste-Marie à Montréal (cours classique). Il a obtenu un baccalauréat ès arts de l'Université de Montréal et il a complété des études en droit à l'Université McGill. Il a exercé la profession d'avocat. Il a été élu à la Chambre des Communes pour la première fois le 14 octobre 1935 à titre de député du comté de Maisonneuve-Rosemont ; il a été réélu en 1940, 1945 et 1950. Il a été nommé au sénat le 12 juin 1953. Il a été maire de Montréal de 1957 à 1960. À titre d'avocat, Sarto Fournier a pris à son compte de défendre les intérêts de la famille Tessier dans ce que l'on appelle familièrement l'affaire Tessier dit Lavigne. Celle-ci a débuté dans les années 1930 au moment où des descendants d'Urbain Tessier ont réclamé des Messieurs de Saint-Sulpice une compensation pour une partie des terrains situés dans le Vieux-Montréal qu'ils considéraient avoir été subtilisés par les Sulpiciens à Urbain Tessier. Une sentence a été rendue en faveur des Sulpiciens par le tribunal ecclésiastique de Montréal en 1941. Une autre l'a été dans le même sens par le tribunal ecclésiastique de St-Hyacinthe en 1949. Sarto Fournier a repris au cours des années 1960 la cause défendue auparavant par l'avocat De La Durantaye . La Sacrée Rote de Rome a rendu en 1971 une sentence de refus d'entendre la cause ; elle en a rendu une autre de même nature en 1975, une dernière en 1980.

Sokolyk, Michel

  • P124-A
  • Personne
  • 1950-

Michel Sokolyk est photographe, spécialiste de la nature, et auteur. Il a écrit, co-écrit et illustré plusieurs ouvrages : Guide des oiseaux saison par saison (1995), Guide de la forêt québécoise (1996), Initiation à l'observation des oiseaux (1998), Fleurs sauvages du Québec : Tome 1 (1998), Découvrir la flore forestière (2001), Explorer la flore du Québec (2004), Fleurs sauvages du Québec : Tome 2 (2006) et Plantes sauvages des milieux humides (2006). Auparavant, il a enseigné la physique et l'électronique durant 33 ans. Au parc régional des Sept-chutes à Saint-Zénon, un sentier porte son nom. Michel Sokolyk demeure à Saint-Gérard des Laurentides.

Limoges, Jean

  • P125-A
  • Personne
  • 1948-

Jean Limoges est né le 18 mars 1948 à Montréal. De 1972 à 2000, il est à l'emploi de la Ville de Montréal, au Service des loisirs et du développement communautaire, successivement à titre de journalier, pourvoyeur pour le magasin et chef d'équipe. En 1967, il fréquente assidûment Expo 67. Pour immortaliser ses souvenirs de cet événement exceptionnel, il se procure un appareil photo. Il identifie ses diapositives et les conserve précieusement.

Pilon, Guy

  • P126-A
  • Personne
  • 1928-

Guy Pilon naît le 13 août 1928. Il fait toute sa carrière à la Ville de Montréal à titre d'illustrateur. Il travaille d'abord à Terre des Hommes à compter de 1970. En 1973, il joint l'équipe de Roland Proulx au Service des parcs. Il termine en 1993 au Jardin botanique.

Côté, Robert

  • P143-A
  • Personne
  • 1936-

Robert Côté (1936-) est policier à Montréal de 1959 à 1990. Dès 1963, il est membre de l'escouade technique et devient commandant de 1966 à 1977. Il joue un rôle majeur dans la lutte antiterroriste durant ces années. Il est d'ailleurs reçu Officier de l'Ordre du Canada en 1972 pour "le travail dangereux qu'il a dû accomplir pour désamorcer des bombes" et la Médaille de bravoure de la ville de Montréal. Le livre "Ma guerre contre le FLQ" qu'il publie en 2003 témoigne de cette période. Pour les Jeux olympiques de 1976, il forme et dirige le Groupe d'intervention Alpha. Il poursuit sa carrière comme inspecteur et inspecteur-chef jusqu'à sa retraite en 1990.
En 1994, il se joint à l'équipe de Pierre Bourque au sein de Vision Montréal et devient conseiller municipal dans Rosemont.

Massicotte, Édouard-Zotique

  • BM013-A
  • Personne
  • 1867-1947

Édouard-Zotique Massicotte est né à Montréal le 24 décembre 1867, rue Saint-Antoine Il est le fils d'Édouard Massicotte, marchand, et d'Adèle Bertrand ainsi que le frère de l'artiste et illustrateur Edmond J. Massicotte. Il fait ses études à Montréal à l'Académie commerciale du Plateau puis au Collège Sainte-Marie.

Édouard-Zotique Massicotte est avocat, archiviste, journaliste, poète et historien. Il travaille comme journaliste à L'Étendard de 1886 à 1888 tout en complétant des études en droit à l'Université Laval à Montréal. Il est reçu avocat en juillet 1895. Massicotte pratique le droit avec Camille Piché, Joseph Lussier et Germain Beaulieu mais retourne au journalisme de 1900 à 1901 pour assumer la direction du journal Le Monde illustré. Durant cette période, É.-Z. Massicotte convainc les autorités de la Cité de Sainte-Cunégonde d'ouvrir une bibliothèque pour le bénéfice des habitants de ce quartier populaire. Il fonde également la Revue populaire. En octobre 1911, Sir Lomer Gouin le nomme à la direction du Service des archives judiciaires du district de Montréal. À partir de 1912, il collabore au Bulletin des recherches historiques de Pierre-Georges Roy. Il s'intéresse aussi au folkore québécois.

Édouard-Zotique Massicotte est membre fondateur de l'École littéraire de Montréal et de la Société des Dix. Il est membre de la Société historique de Montréal, de la Société royale du Canada, de la Société d'Archéologie et de Numismatique de Montréal, de la Commission des monuments historiques de la province de Québec, de la Société de folklore de la province de Québec et de la Société Saint-Jean-Baptiste. Il est président de la Société de folklore d'Amérique et du Comité de révision du Dictionnaire généalogique Tanguay. Il a aussi rédigé plusieurs articles de revues; des monographies sur l'histoire, l'héraldique et la généalogie. Sa contribution au Bulletin des recherches historiques (organe des Archives provinciales) a été considérable et constante pendant près de quarante ans sans compter ses chroniques dans la revue Les Cahiers des Dix qu'il a co-fondée en 1935. Héraldiste à ses heures, Massicotte a conçu le sceau de cette publication.

Collectionneur d'images et de portraits, il a cumulé les documents sur divers personnages et sujets relatifs à l'histoire du Canada français et à la généalogie. Monsieur Massicotte a reçu les honneurs suivants : médaille de vermeil de la Société historique de Montréal en 1936 et médaille Tyrrell décernée par la Société royale du Canada en 1939. Il épouse Alice Godin à Trois-Rivières en octobre 1899 de qui il eut deux enfants; Jean-Maurice et Suzanne. Édouard-Zotique Massicotte est décédé subitement le 8 novembre 1947 à Montréal et fut inhumé au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges.

Auf der Maur, Nick

  • P103-A
  • Personne
  • 1942-1998

Nick Auf der Maur est né le 10 avril 1942 à Montréal. Il est le fils de J. Severn et de Teresa Auf der Maur, immigrants suisses arrivés au Canada peu de temps avant le krach boursier de 1929. Il fait des études au D'Arcy McGee High School. Il se marie avec Linda Gaboriau et ils ont une fille, Mélissa. Il meurt le 7 avril 1998.

Nick Auf der Maur est journaliste et politicien. Il écrit notamment pour le quotidien The Gazette ainsi que pour le Montreal Star et le Montreal Daily News. Il travaille également pour les réseaux de radio et de télévision de Radio-Canada anglais (CBC) et pour la station de radio CJAD. En 1974, il fonde, avec Robert Keaton et d'autres militants, le Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM) et se fait élire dans le district de Côte-des-Neiges. Deux ans plus tard, il se lance en politique provinciale. Il laisse ainsi le RCM et fonde, toujours avec Robert Keaton, l'Alliance démocratique. Défait aux élections provinciales et écarté par les militants du RCM qui refusent sa réintégration au sein du parti, il siège alors comme indépendant au conseil municipal. En 1978, il participe à la création d'un autre parti politique municipal, le Groupe d'action municipale (GAM). Il sera élu sous les couleurs de ce parti aux élections de 1978 et de 1982 dans le district de Peter McGill. En 1984, il tente une percée sur la scène fédérale en se présentant pour le Parti conservateur dans le district de Notre-Dame-de-Grâce. Cette expérience n'est guère plus fructueuse que celle tentée en politique provinciale. Lorsque le GAM disparaît en 1985, il siège de nouveau comme conseiller indépendant et est ainsi élu en novembre 1986. Il joint les rangs du Parti civique en août 1988 mais en est expulsé en novembre 1989. Quelques jours plus tard, il rejoint le nouveau Parti municipal de Montréal sous la bannière duquel il est élu en 1990. Le 12 septembre 1991, il retourne au sein du Parti civique mais le quitte en 1993. Il se présente aux élections de 1994 comme conseiller indépendant mais est battu. Chroniqueur de choc et homme engagé, Nick Auf der Maur est incarcéré lors de la Crise d'octobre de 1970, publie en 1976 l'ouvrage «Billion Dollar Games», document dénonçant les coûts liés à l'organisation des Jeux olympiques de Montréal et s'implique dans le comité du «NON» lors de la campagne référendaire de 1980.

Robillard, Claude

  • P137-A
  • Personne
  • 1911-1968

Claude Robillard est né à Montréal le 30 juin 1911. Après des études secondaires au Collège Sainte-Marie - aux côtés de Pacifique Plante et d'André Laurendeau -, il obtient son diplôme en génie électrique à l'Université McGill en 1935. À la même époque, il collabore à l'écriture des Fridolinades de Gratien Gélinas et publie quelques livres pour enfants dont " Mimi la fourmi " et une géographie pour les tout-petits sous le pseudonyme de Robin. On lui doit également "Le Jardin du poète : Nostalgie" (1929), "Entre deux rondels" (Éditions Édouard Garand, 1931) et "Dilettante" (Éditions Albert Lévesque, 1931).

Avant d'entrer au service de la Ville de Montréal comme assistant-directeur au cabinet des travaux publics, en 1945, il exerce sa profession d'ingénieur au sein de diverses entreprises, dont la compagnie Bell (1935-1942) et Quebec Power (1942-1944). En 1951, il est nommé ingénieur-surintendant à la Division des parcs et terrains de jeu de Montréal. Une fois la division érigée en service autonome, à partir du 1er mai 1953, Claude Robillard en devient le premier directeur. Il consacre dès lors toutes ses énergies à multiplier les services de récréation et à embellir les espaces verts de la métropole. À cet effet, il effectue plusieurs voyages outre-mer pour s'inspirer de l'expérience européenne. On lui doit de nombreuses réalisations importantes de l'époque dont l'aménagement en 1958, du Jardin des merveilles au Parc La Fontaine, la création du théâtre de Verdure en 1956 et, bien sûr, la mise en branle de la Roulotte, inaugurée en 1952 et animée par Paul Buissonneau. En 1961, Claude Robillard quitte le Service des Parcs et devient directeur du Service d'urbanisme de Montréal. Là encore, il s'illustre par sa détermination et joue un rôle important dans le réaménagement du centre-ville de l'époque. Il est, notamment, l'un des responsables des grands chantiers de la Place Ville-Marie et de la Place des Arts.

Outre ses fonctions à la Ville de Montréal, Claude Robillard est élu président de l'American Institute of Park Executives de 1957 à 1958 et siège aussi aux conseils d'administration de l'Orchestre symphonique de Montréal et du Musée des Beaux-Arts de Montréal et est vice-président du conseil d'administrastion du Conseil des arts du Canada en 1967. Enfin, il sera également directeur général de l'aménagement de l'Expo 67 aux débuts de l'entreprise. Il meurt le 24 mai 1968 à 56 ans, des suites d'une longue maladie. Marié en premières noces à Denise Guimond, Claude Robillard et celle-ci ont eu deux filles : Claude et Line. Suite au décès de Denise Guimond, Claude Robillard épouse Thérèse Amos. Quatre enfants sont issus de cette union : Marie, Andrée, Jean et Philippe.

La Fontaine, Louis-Hippolyte, Sir

  • SHM002-A
  • Personne
  • 1807-1864

Sir Louis-Hippolyte La Fontaine est né à Boucherville le 4 octobre 1807. Il est le troisième fils d'Antoine Ménard dit La Fontaine et de Marie-Josephte Fontaine dit Bienvenue. De 1820 à 1824, il étudie au Collège de Montréal (Petit Séminaire) mais ne termine pas son cours classique. Après les belles-lettres, il fait un stage de clerc en droit à Montréal puis est reçu au barreau le 18 août 1829.

Entre 1830 et 1851, La Fontaine est l'un des hommes les plus en vue de la scène politique canadienne. Élu député de Terrebonne en 1830, puis en 1834, il vit activement les troubles de 1837. En effet, il participe à des assemblées politiques pour faire entendre le point de vue des Patriotes et publie des pamphlets. Voyant la situation s'envenimer, il tente de convaincre le gouverneur Lord Gosford de convoquer le Parlement lorsqu'éclatent les troubles à l'automne de 1837. Il se rend alors en Angleterre pour tenter de trouver une solution constitutionnelle aux problèmes du Bas-Canada. Cette tentative se solde toutefois par un échec car au moment même où La Fontaine arrive à Londres, au début de l'année 1838, le gouvernement anglais vient de suspendre la constitution de 1791 ce qui, de fait, dissout la législature bas-canadienne. La Fontaine ne cesse son combat pour autant et défend par la suite la cause des prisonniers qui seront partiellement amnistiés par Lord Durham en 1838.

En 1840, l'Acte d'Union réunissant les anciennes colonies du Haut-Canada et du Bas-Canada donne naissance au Canada-Uni. La Fontaine, devenu chef des réformistes du Bas-Canada, se résigne à accepter l'Acte d'Union mais veille à le rendre plus démocratique. Il promeut l'idée du gouvernement responsable et tente de rétablir l'entente entre Canadiens français et Canadiens anglais. En septembre 1841, Robert Baldwin, chef des réformistes du Haut-Canada, offre le siège de la circonscription de 4th York à Louis-Hippolyte La Fontaine qui remporte facilement l'élection partielle. Ce geste de Baldwin scelle le début d'une longue alliance entre les deux hommes qui se transformera même en profonde amitié. L'année suivante, La Fontaine devient Procureur général du Bas-Canada et chef du gouvernement. Alors qu'il tente de rétablir l'usage du français dans les tribunaux et les actes de législature, il pratique ouvertement le patronage en nommant des Canadiens français à des postes de haut niveau. Sir Charles Metcalfe, qui succède à Charles Bagot à titre de gouverneur, n'apprécie guère le gouvernement responsable tel que pratiqué par La Fontaine et Baldwin. La crise qui s'ensuit amène Louis-Hippolyte La Fontaine et la presque totalité de son ministère à démissionner le 27 novembre 1843.

Après quatre années dans l'opposition, La Fontaine reprend le pouvoir aux élections de 1847-1848. En mars 1848, il devient Procureur général ainsi que le premier Canadien à devenir premier ministre. Cette victoire des réformistes du Canada-Uni marque un point tournant puisque le gouvernement responsable devient réalité; les pouvoirs du gouverneur sont dorénavant plus limités. Entre temps, La Fontaine tente de faire indemniser les victimes bas-canadiennes des rébellions de 1837-1838. Son projet de loi est accepté par Lord Elgin en avril 1849 mais s'ensuivent des émeutes, dirigées principalement par les Tories, qui aboutissent à l'incendie du Parlement ainsi qu'à des attaques contre Lord Elgin et La Fontaine lui-même.

Après avoir connu quelques revers en chambre dont celui relatif à l'indemnisation des seigneurs, La Fontaine remet sa démission en septembre 1851, trois mois seulement après celle de son allié politique et ami Robert Baldwin. Il retourne ensuite à la pratique du droit avec son ancien associé, Joseph-Amable Berthelot, puis est nommé juge en chef de la Cour du banc de la reine en août 1853. L'année suivante, il préside un tribunal spécial chargé de juger les réclamations suggérées par la loi relative à l'abolition du régime seigneurial. Par la suite, ses fréquentes attaques de rhumatisme l'obligent à s'aliter. Lorsque sa santé le lui permet, La Fontaine fait des recherches sur le droit civil, la généalogie et le régime seigneurial. Il publie un essai sur l'esclavage et collabore régulièrement aux Annales de la Société historique de Montréal. Il débute une étude sur l'histoire du droit qui demeurera inachevée. Sir Louis-Hippolyte La Fontaine, père de la démocratie parlementaire, s'éteint à Montréal le 26 février 1864 suite à une attaque d'apoplexie. Dix ans auparavant il avait reçu le titre de baronnet (Sir) puis celui de chevalier commandeur de l'ordre pontifical de Saint-Sylvestre en 1855.

Louis-Hippolyte La Fontaine a épousé Adèle Berthelot, fille adoptive du riche avocat et homme politique Amable Berthelot, le 9 juillet 1831 à Québec. Devenu veuf en mai 1859, il s'est remarié le 30 janvier 1861 à Julie-Élisabeth-Geneviève, dite Jane Morrison, veuve de Thomas Kinton. Jane Morrison et Sir Louis-Hippolyte La Fontaine ont eu deux fils, Louis-Hippolyte, né le 11 juillet 1862 et décédé le 13 mai 1867 et Charles-François-Hippolyte, baptisé le 15 avril 1864 et décédé prématurément le 4 mai 1865.

Godfroi Coffin

  • BM066-A
  • Personne
  • 1862-1892?

Jean Georges Godefroid Coffin est baptisé à Joliette le 3 octobre 1862. Il est le fils de François-Benjamin Coffin, négociant du livre et de Philomène Lemaître-Auger. Il est adopté par Georges Baby, juge et collectionneur vers 1882.

Il devient capitaine adjudant au 83e régiment (Joliette). Il est admis au barreau en 1884.

Guillet, Léon

  • P144-A
  • Personne
  • 1920-1974

Léon Guillet est né à Saint-Jean-sur-Richelieu le 1er juillet 1920 et est décédé le 2 décembre 1974. Il est le fils d'Étienne Guillet, professeur et organiste à la Cathédrale de Saint-Jean et de Wilhelmine Thibault.

Il est pensionnaire au Séminaire vers 1938 et 1939 et loge sur la rue McGregor lors de ses études. Il gradue de la faculté de pharmacie de l'Université de Montréal en 1950.

Il épouse Gabrielle Poirier à Verdun le 8 octobre 1949. De cette union naissent Danielle, Lorraine, Anne-Marie et Yves. Il œuvre comme pharmacien de 1951 à 1974, tout en étant organiste aux paroisses de Saint-Lambert (ca 1958-1970) et de Saint-Antoine-de-Pades (Longueuil) (ca 1970-1974).

Source : Yves Guillet.

Trépanier, Léonard

  • P134-A
  • Personne
  • 1900-1969

Léonard "Ben" Trépanier naît à Saint-Anicet le 17 novembre 1900 et se marie à Laurette Belisle vers 1925. Il décède en 1969.
Avocat, plaideur et criminaliste, il possède un bureau au Palais du Commerce. Actif en politique, il est candidat défait aux élections de 1938 (Ville-Marie), 1957 (#8 - "A"), 1960 (#7 - "A") et 1940 (Mairie). Lors des élections de 1940, Camillien Houde est détenu au camp d'internement de Frédéricton. Sa femme, Georgianna Falardeau-Houde, présente la candidature de Léonard Trépanier. Celui-ci promet de céder sa place à Camillien Houde si ce dernier est libéré.

Boucher, Anne-Marie

  • P149-A
  • Personne
  • 30 juillet 1939 -

Anne-Marie Boucher est née le 30 juillet 1939. Enseignante en français spécialisée dans les stratégies d'apprentissage et d'enseignement des langues secondes et étrangères, elle enseigne, forme les maîtres et publie des livres d'apprentissage ainsi que des articles scientifiques sur le sujet. Pour plus d'informations sur sa vie professionnelle, son curriculum vitae complet est conservé au dossier d'acquisition du fonds.

Madame Boucher s'installe dans le quartier Milton Parc en 1971 et réside plus particulièrement au 75 Milton depuis 1976. Lorsqu'elle fait don de ses archives en 2015, elle y habite toujours. Elle a été approchée par la Ville de Montréal pour collaborer au projet pilote de ruelles vertes. On lui avait demandé de réunir les résidents de sa ruelle pour organiser des rencontres afin de planifier le projet d'embellissement.

Dans les années 2000, elle milite pour protéger la maison Notman et son environnement (hôpital St. Margaret et jardin Notman) au sein du Groupe de défense de la maison Notman. Elle est souvent porte-parole du groupe dans les médias, prends plusieurs photographies du secteur, rédige des rapports et correspond avec les élus et appuyeurs du projet.

Tremblay, Gérald

  • P151-A
  • Personne
  • 20 septembre 1942 -

Tremblay, Gérald. Avocat, gestionnaire et homme politique, né le 20 septembre 1942, fils de Georges A. Tremblay, notaire criminologue, et Rollande Forest.

Notice biographique tirée de l'assemblée nationale (http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/tremblay-gerald-5599/biographie.html) :

Licencié en droit de l'Université d'Ottawa en 1969 puis admis au Barreau du Québec en 1970. Titulaire d'une maîtrise en administration des affaires de la Harvard Business School de Boston depuis 1972.

Analyste financier et de crédit chez Dun & Bradstreet of Canada Limited en 1964 et en 1965. Professeur et chargé de cours à l'École des hautes études commerciales (HEC) de 1974 à 1977. Associé senior et directeur général d'une firme-conseil membre du groupe Sobeco de 1977 à 1981. Vice-président exécutif de la Fédération des caisses d'entraide économique du Québec en 1981 et en 1982. Gestionnaire en redressement d'entreprises ainsi que propriétaire et dirigeant d'entreprises dans les secteurs de l'hôtellerie et de la vente au détail de 1982 à 1986. Président-directeur général de la Société de développement industriel de 1986 à 1989. Fut membre du conseil d'administration de la Caisse de dépôt et placement. Membre du conseil d'administration et du comité exécutif d'Hydro-Québec. Gouverneur de l'Association des MBA du Québec.

Élu député libéral dans Outremont en 1989. Ministre de l'Industrie, du Commerce et de la Technologie dans le cabinet Bourassa du 11 octobre 1989 au 11 janvier 1994 et dans le cabinet Johnson (Daniel fils) du 11 janvier au 26 septembre 1994. Réélu en 1994. Président de la Commission de l'économie et du travail du 1er décembre 1994 au 15 avril 1996. Démissionna de son poste de député le 15 avril 1996.

Président du conseil du Centre de perfectionnement des HEC et conseiller principal de l'entreprise-conseil en stratégie Monitor Company. Élu administrateur de la compagnie Rolland inc. en août 1997. Gouverneur de la Bourse de Montréal. Membre du conseil d'administration de Theratechnologies de février 1997 à avril 2002, des Boutiques San Francisco incorporées, de la corporation des Tapis Peerless, de la Fondation du Musée des Beaux-arts et de la Fondation du Maire de Montréal. Président du 35e Mondial des métiers de 1999.

Maire de Montréal de 2001 au 5 novembre 2012, date de sa démission. Élu vice-président pour l'Amérique du Nord de l'organisme Cités et Gouvernements locaux unis en février 2006.

Hamel, Victor

  • P095-X-D1-A
  • Personne
  • 14 février 1909 - 21 octobre 1979

Victor Hamel, facteur, né le 14 février 1909 à Charlesbourg, fils de Thomas Hamel et Eva Laporte; le 23 juin 1941, il épouse Laure-Anna Boudreault, enseignante (née en 1911) ; décédé le 31 octobre 1979 à Québec. Ils ont un fils adoptif prénommé Roger, devenu pharmacien à Amos et décédé lors d'un voyage au Costa-Rica.

Victor Hamel est maître de poste à Alma du 1er octobre 1953 au 12 mai 1956. Il est ensuite muté à Arvida, où il est aussi maître de poste du 12 mai 1956 jusqu'à sa retraite, en 1974. Il s'intéresse au film dans les années 20 et produit de très bons films d'amateur.

Paquette, Paul-Émile

  • P148-1
  • Personne
  • 1908-1979

Paquette, Paul-Émile (baptisé Dosithée Paul-Émile à l'église de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul le 5 avril 1908), commerçant, né le 3 avril 1908 à Montréal de l'union de Anthime Paquette et Amanda Chèvrefils. Il a grandi à Rougemont. Il s'établit à Montréal après avoir épousé Henriette (baptisée Marie-Flavie Henriette) Lepage (Saint-Louis-de-Gonzague, 26 janvier 1901 - Laval, 30 mai 1993), fille de Frézildé Legault et Léandre Lepage (marchand général) le 26 juin 1934 à la paroisse Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement. De leur union naît Nicole Paquette le 13 septembre 1937. Paul-Émile Paquette décède à sa résidence d'été à Beloeil, le 9 juillet 1979. Il est inhumé au cimetière Saint-Michel-de-Rougemont.

Fainstat, Michael

  • P150-A
  • Personne
  • 1923-2010

Michael Fainstat est né à Montréal en 1923. Il est le fils d’un immigrant juif polonais et d’une mère russe arrivés à Montréal en 1910. Ingénieur mécanique, il gradue de l’Université McGill en 1944.

Il rencontre Ruth Marcuse durant ses études et l’épouse quelques années plus tard. Durant les années cinquante, ils militent pour le désarmement et la protection de l’environnement. Ensemble, ils ont quatre filles : Carole, Dale, Valerie et Paula. Ils résident à Notre-Dame-de-Grâce et sont tous deux impliqués dans leur communauté en étant actifs au sein d’organismes communautaires ainsi qu’en militant pour leurs candidats favoris lors des campagnes électorales de tous les paliers gouvernementaux.

Un peu avant 1974, il quitte la présidence d’une compagnie qui œuvre dans le domaine du contrôle de la pollution pour retourner aux études en criminologie. Les circonstances changeront ses plans puisqu’aux élections municipales de 1974, un des candidats de Notre-Dame-de-Grâce pour le Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM), ou Montreal Citizen’s Movement (MCM), doit être remplacé à la dernière minute. Michael Fainstat se présente pour le parti pour lequel il milite depuis sa création. Contre toute attente, il est élu. Il sera conseiller municipal de Notre-Dame-de-Grâce de 1974 à 1991 pour cinq mandats consécutifs : 1974-1978, 1978-1982 (où il est le seul conseiller du RCM élu), 1982-1986, 1986-1990 et 1990-1991.

Tout au long de ces 17 années en politique, son épouse Ruth restera à ses côtés en étant aussi impliquée que lui et en étant l’organisatrice de ses campagnes électorales. Lorsque le RCM prend le pouvoir en 1986, le maire Jean Doré nomme Michael Fainstat à la présidence du comité exécutif. Il occupe ce poste jusqu’en 1990 : il décide alors de laisser la place à quelqu’un d’autre. Il a également été vice-président du comité exécutif de la Communauté urbaine de Montréal (CUM) et de la Commission de l’environnement de la CUM, de 1986 à 1991, année où il démissionne également de son poste de conseiller pour des raisons personnelles et familiales.

En tant que président du comité exécutif, il laisse sa marque dans plusieurs domaines, dont les suivants : la démocratisation de l’administration municipale et son accessibilité aux citoyens; la réforme du régime politique; la modernisation de l’appareil municipal; l'intégration des femmes et des minorités ethniques dans tous les niveaux de l’administration municipale et l'intégration des préoccupations environnementales dans les opérations de la ville.

Michael Fainstat est décédé le 29 décembre 2010 des suites de la maladie de Parkinson.

Healy, Thomas Patrick

  • P142-A
  • Personne
  • 1894-1957

Thomas Patrick Healy est un entrepreneur et un politicien municipal et fédéral canadien, né à Montréal le 19 avril 1894. Représentant le quartier Sainte-Anne, il est est actif au sein du conseil de ville de Montréal, assumant les rôles d'échevin de 1938 à 1942 et de conseiller de 1942 à 1954.
Il est parallèlement député au sein du parti libéral du Canada, toujours dans la circonscription fédérale de Sainte-Anne. Il assume ce mandat pour les périodes de 1940-1945, 1945-1949, 1949-1953, 1953-1957.
Il meurt le 12 avril 1957.
Source: Parlement du Canada http://www.parl.gc.ca/parlinfo/Files/Parliamentarian.aspx?Item=0BD048A1-0B52-4169-94E1-B0D7CD26D5AA&Language=F&Section=ALL.

Résultats 101 à 125 sur 151